Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on juil 23, 2015 in Actualité | 0 comments

Jürg Stäubli et la Guinée

Jürg Stäubli et la Guinée

Jürg Stäubli, l’investisseur qui fait rimer santé publique & développement économique en Guinée

La guerre déclarée aux maladies nosocomiales.

Au travers d’une fondation – Petram – et d’une société – Numelec – dont il est le fondateur, Jürg Stäubli a permis à trois hôpitaux de Conakry, la capitale guinéenne, d’accéder à des produits désinfectants et des machines de pulvérisation. Ces équipements sont d’une importance vitale dans la lutte contre les maladies dites « nosocomiales », c’est-à-dire contractées dans les cliniques et hôpitaux. En effet, les virus et autres bactéries sont par définition présents en grande concentration dans ces lieux où sont soignés des malades, sachant qu’en Guinée, il peut s’agir de personnes atteintes du VIH, de paludisme, de tuberculose, ou encore du virus Ebola. Cette guerre ouverte contre les maladies nosocomiales s’avère d’autant plus importante qu’elles touchent principalement les nouveau-nés, et qu’elles sont susceptibles de détourner une partie de la population des centres de soin. Dans un pays aussi touché que la Guinée par des maladies parfois hautement contagieuses, il s’agit là d’une perspective très inquiétante, et la peur des maladies nosocomiales doit donc être combattue à la source.

Jürg Stäubli: Un acte humanitaire, aux conséquences économiques favorables à terme.

A première vue, il n’existe pas de lien direct entre la distribution de produits et de machines favorisant la désinfection d’une part, et la croissance économique d’autre part. Toutefois, pour un investisseur aussi averti que Jürg Stäubli, qui possède notamment une compréhension approfondie du lien entre micro et macro-économie, un système de santé efficace représente l’un des socles fondamentaux d’une société, à l’instar d’un gouvernement stable, de tribunaux impartiaux, et de forces de l’ordre disciplinées. Ainsi, au-delà du geste, honorable en lui-même, qui a permis d’aider le CHU d’Ignace Deed et les CMC de Matam et Ratoma, le don tel que voulu par Jürg Stäubli s’inscrit dans un effort beaucoup plus large de lutte contre la pauvreté et la sensation de fatalité face à la situation terrible vécue quotidiennement par certains guinéens. Compte tenu des incroyables richesses que contient le sol de ce pays, de nombreux économistes et investisseurs – dont, bien sûr, Jürg Stäubli – estiment qu’il s’agit d’un gâchis, et qu’il convient d’aider à son développement. En effet, cela pourrait générer des retombées bénéfiques sur l’ensemble de l’économie mondiale.

Une période d’évaluation, aux retombées suivies de près.

Pour l’heure, les produits distribués ne l’ont été que dans une poignée d’hôpitaux de la capitale, et ce pour une durée d’un an, avant qu’un bilan ne soit dressé sur leur efficacité. Par la suite, si leur côté révolutionnaire répond favorablement à toutes les attentes placées en eux, la distribution sera sans doute élargie à d’autres centres de soin du pays, constituant alors une avancée majeure en matière d’hygiène sanitaire en Guinée. Comme l’indique M. Awada, la directrice général du CHU d’Ignace Deen, l’espoir que ces produits permettent réellement une diminution drastique du taux de maladies nosocomiales est très fort, et partagé par l’ensemble des porteurs du projet – dont, au premier rang desquels, Jürg Stäubli.

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>