Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on avr 18, 2016 in Actualité | 0 comments

Une Porsche incendiée, un symbole plus fort qu’il n’y parait

Une Porsche incendiée, un symbole plus fort qu’il n’y parait

Ce jeudi 28 avril, en marge d’une nouvelle manifestation hostile à la loi « El Khomri», un individu non-identifié a mis le feu à une très belle Porsche 996 Carrera 4S de 2002. Au travers de cet acte de vandalisme – par définition stupide – il a créé sans le savoir une polémique sur les réseaux sociaux, entre les personnes qui estiment que, s’agissant d’une Porsche, elle appartient forcément à quelqu’un de riche, et donc qu’il n’y a rien de bien grave dans cette affaire, et d’autres qui voient là un signe de haine envers notre modèle sociétal actuel. Ainsi, des internautes se sont retrouvés sous le hashtag #JeSuisPorche afin de rappeler une évidence, à savoir que nul ne peut se permettre d’attenter à la propriété d’autrui, fusse-t-elle considérée comme provocatrice à ses yeux.

Pour information, le propriétaire de la voiture est un électricien de 30 ans, venu ce jour-là à la préfecture de Nantes afin de faire immatriculer une camionnette, et profitant de ses congés pour sortir sa Porsche, qu’il a acquis trois mois plus tôt, en n’économisant pas ses heures pour pouvoir se l’offrir. Pour un passionné d’automobile depuis l’enfance, il s’agit là d’un bel aboutissement, mais certains « casseurs » n’ont vu dans cette voiture qu’un objet de prestige, reflétant une réussite et une richesse qu’ils ont finalement peur de ne jamais pouvoir connaître.

Enfin, cette Porsche incendiée soulève un autre questionnement de fond, celui des consignes données aux forces de l’ordre en amont de la manifestation, puis pendant l’événement. Si l’on comprend aisément qu’il faille prioritairement éviter les débordements, il est cependant regrettable qu’aucun policier ou gendarme n’ait averti le propriétaire de la voiture qu’il se trouvait sur le chemin d’une manifestation. De même, qu’il soit si simple de créer un départ d’incendie à quelques mètres d’une préfecture ne manque pas de susciter une certaine incompréhension. En attendant d’être remboursé (partiellement) par son assureur, l’ouvrier puni pour avoir eu une « voiture de patron » adressera prochainement un courrier au Préfet et au Procureur de la République afin de demander justice.

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>