Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on juin 6, 2016 in Web & Tech | 0 comments

Dans le domaine de la technologie, un exemple d’entente cordiale sino-américaine

Dans le domaine de la technologie, un exemple d’entente cordiale sino-américaine

Alors que le fabricant chinois Xiaomi réalise plus de 80% de ses ventes de smartphones sur son territoire domestique, et que la concurrence de plus en plus forte d’autres marques – au premier rang desquelles Huawei – lui ont fait perdre sa 5ème place à l’échelle mondiale, ses dirigeants ont pris une initiative inattendue de rapprochement avec Microsoft.

Concrètement, le deal trouvé passe par la cession à Xiamo de quelques 1 500 brevets, moyennant finance pour le géant américain, qui profitera également de l’adoption de la suite Office sur des millions de smartphones – via un accord de licence. En effet, Xiaomi pré-chargera sur chacun de ses terminaux Excel, Outlook, Powerpoint, Skype et Word. Dans le même temps, les éléments de propriétés intellectuelles transférés permettront à l’entreprise chinoise de développer considérablement ses ventes à l’export, en particulier en Europe et aux Etats-Unis, avec un cadre juridique on-ne-peut-plus-clair.

Dans le domaine de la haute technologie, les partenariats véritablement « win-win » sont plutôt rares, ne soyons pas naïfs, mais pour le cas présent, le deal trouvé entre Microsoft et Xiamo s’inscrit indubitablement dans ce cadre. Dès le mois de septembre 2016, les smartphones Mi 4S, Mi 5, Mi Max, ou bien encore Redmi (Note) 3 – fonctionnant tous sous Android – seront ainsi proposés d’emblée avec Office. Certes, il y a quelques mois de cela, Samsung, Sony, Acer ou bien encore LG avaient fait savoir qu’ils comptaient également pré-installer Word, Excel, Powerpoint et autres logiciels de cette fameuse suite. La démarche de Xiaomi n’a donc rien d’exceptionnel dans son principe, mais l’ampleur de l’accord est tout à fait remarquable, de même que la rapidité prévue de mise en œuvre.

Enfin, le partenariat conclu permet à Microsoft de contre-attaquer face à Google, qui profite de l’écrasant pourcentage de smartphones fonctionnant sous Android pour exiger des fabricants la présence de ses applications sur tout terminal neuf. Et la performance s’avère d’autant plus remarquable que la stratégie mobile de Microsoft en interne n’est clairement pas au beau fixe.

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>